4.4.08

« L’élément compassionnel » a un prix…


Depuis l’Elysée, dans un message vidéo sous-titré en espagnol et diffusé aux médias, Nicolas Sarkozy a lancé mardi un appel au chef des FARC pour qu'il relâche immédiatement Ingrid Bétancourt, « en danger de mort imminente ». L’avion de la mission humanitaire franco-helvéto-espagnol, qui a pour but de prendre contact avec la guérilla colombienne, a atterri jeudi en Colombie. Le Président colombien Alvaro Uribe a affirmé être prêt à suspendre les opérations militaires dans la zone où devra se rendre cette équipe humanitaire, tandis que François Fillon affirmait le 30 mars sur TF1 que la « France est prête à accueillir des militants des FARC » pour obtenir la libération d'Ingrid Bétancourt. Dans un communiqué, Marine Le Pen a rappelé que le Front National « dénonce tout marchandage politique qui viserait à accueillir en France des terroristes, reconnus comme tels par l’Union européenne et par l’ONU, et placerait la France au ban des démocraties ». En janvier dernier, dans un entretien accordé à FDA, Jean-Marie Le Pen expliquait les raisons objectives de la sur-médiatisation de cette affaire Bétancourt. « Nicolas Sarkozy », expliquait-il, « a compris que l’élément compassionnel jouait aujourd’hui dans la politique spectacle un rôle éminent donc il veut être branché sur tous les coups où l’on fait pleurer Margot ! ». Mais le Président du FN dénonçait aussi « la campagne de publicité extraordinaire et gratuite faite aux FARC dans les médias mondiaux visant à améliorer l’image de cette bande de gangsters crapuleux, prenant en otages de malheureux civils ». Jean-Marie Le Pen contestait aussi « la qualification de Franco-colombienne » donnée à Mme Bétancourt. « Elle jouit de la double nationalité, que je réprouve, parce qu’elle a été mariée à un moment donné avec un Français. Mais sa démarche politique de candidate à la présidence colombienne en fait une colombienne pas une franco-colombienne ! Bien sûr tout homme de cœur préférerait que Mme Bétancourt rentre à la maison avec aussi les 3000 autres otages des FARC. Mais je crains que le gouvernement UMP ne s’immisce dans cette affaire-là, en apportant l’argent des contribuables français… cette tendance à sentimentaliser tous les problèmes à travers un exemple donné me paraît détestable. L’intérêt national ne peut être ramené à celui d’un seul individu » affirmait Jean-Marie Le Pen…

2 commentaires:

Kathy a dit…

Bonjour,

Nicolas Sarkozy a besoin de redorer un blason plus que terni par presqu' une année de politique fiction absurde, d'effets de manche sans effet concret.
Le vernis s'effrite et tombe.
L'affaire Bétancourt est parfaite.

Anonyme a dit…

C'est pas compliqué :

1°) Mme Bétancourt est colombienne : qu'est-ce qu'on va foutre notre nez (poudré) dans les affaires intérieures colombiennes ?

2°) Mme Bétancourt est française : c'est encore pire ! Si ele est française, alors elle n'a qu'à assumer ses actes, et notamment d'aller faire de la politique dans un pays étranger. Une fois de plus, nous n'avons pas à nous en mêler.

Je ne tolérerais pas qu'un étranger vienne dans mon pays contester le pouvoir politique en place ou le critiquer !!!

Nous sommes devenus un pays de cons qui sont persuadés de ne pas l'être.