28.4.08

YVES BERTRAND : COMMENT ON A MANIPULÉ L'AFFAIRE DE CARPENTRAS


[Extrait du livre de Yves Bertrand - "Je ne sais rien… mais je dirai (presque) tout, Conversations avec Eric Branca", Plon, 2007, p. 120-126]

Est-il arrivé, à votre connaissance, que le gouvernement se serve des RG pour influencer l’opinion, bref, qu’on vous demande de corroborer artificiellement, au moyen d’une enquête de complaisance, une thèse qui arrangeait le gouvernement ?

La réponse doit être nuancée. L’exemple le plus grossier me paraît être l’affaire de Carpentras. Je rappelle brièvement les faits. Au matin du 10 mai 1990, on découvre que le cimetière juif de Carpentras a été profané. Et pas n’importe comment : d’une manière particulièrement atroce. Trente-quatre tombes ouvertes et le corps d’un octogénaire mort quinze jours plus tôt exhumé. Détail sordide : on a placé entre ses jambes un pic de parasol. Le sacrilège est total, l’ignominie absolue. En 1989, déjà, une cinquantaine de sépultures du cimetière chrétien voisin avaient été saccagées. Et d’autres, quelques mois auparavant, dans les villages proches de Bédouin et Caron.

Mais, dans l’histoire récente, deux profanations seulement rivalisaient d’abjection avec celle de Carpentras. L’exhumation d’une octogénaire dont le cadavre avait été retrouvé, en avril 1981, transpercé à coups de barre à mine dans le cimetière Saint-Pierre de Marseille. Et l’outrage dont eut à souffrir, en mai 1988, le Mémorial aux martyrs vendéens de la forêt de Vézins (Maine-et-Loire), saccagé et vidé de ses ossements.

Sur les lieux mêmes du drame de Carpentras : aucun indice, pas la moindre inscription. Seuls points de départ de l’enquête : la revendication téléphonique du forfait par une voix « à fort accent arabe » (piste d’abord écartée avant d’être reprise, puis de nouveau abandonnée par les enquêteurs locaux). Et le fait qu’un mois avant le crime, un « skinhead » d’origine maghrébine avait tenté de s’introduire nuitamment à l’intérieur du cimetière juif de Carpentras.

Sur place, l’émotion, on s’en doute, est énorme. Mais elle est contenue. La communauté juive de Carpentras figure, en effet, parmi les plus anciennes de la région. Je dirais même qu’elle est plus « française de souche » que beaucoup de Français – que moi-même, par exemple, qui ai des aïeuls italiens ! Placés sous la protection des papes d’Avignon, aux XIIIe et XIVe siècles, les Juifs de Carpentras n’ont eu de cesse, au cours de l’histoire, de réussir leur intégration sociale, dans la plus grande discrétion, en conservant, toutefois, leur identité et leurs pratiques religieuses. N’ayant jamais été confrontés à l’antisémitisme, ils ont donc eu comme premier réflexe de réclamer aux enquêteurs une discrétion maximale : pas de vagues tant qu’on ne connaissait pas les responsables de la profanation. Ce réflexe était la sagesse même : le pire risque dans ce genre d’affaire, c’est de provoquer un emballement médiatique qui donne des idées à d’autres fous ! En matière de racisme et d’antisémitisme, on a affaire à des gens qui fonctionnent à la fois par pulsion et émulation. Il faut donc tout faire pour éviter de stimuler leurs velléités de passage à l’acte.

En fait d’emballement, on a pourtant été servi !

Et c’est très exactement là où je voulais en venir. A peine connue la nouvelle de Carpentras, les autorités ont sciemment ignoré la crainte légitime des autorités juives. Elles ont désigné un coupable, et un seul : Jean-Marie Le Pen et le Front national !

Quand vous dites « les autorités », à qui faites-vous allusion ? A votre ministre, Pierre Joxe ?

J’ai la conviction que l’ordre venait de plus haut : de François Mitterrand en personne qui tenait là l’occasion qu’il cherchait pour diaboliser le Front national après avoir puissamment contribué à son émergence. La phase A de son plan étant accomplie – un FN à 15 % privant la droite parlementaire de plusieurs millions de voix –, il fallait passer à la phase B : rendre définitivement impossible toute alliance, même locale, entre cette même droite et les lepénistes. Le fait est que le piège a parfaitement fonctionné : après Carpentras et l’imputation de ce crime à Le Pen, les rares élus de droite qui ont osé passer le moindre accord électoral avec son parti ont été frappés du sceau d’infamie ! Plus question, dès lors, pour la droite d’accepter l’équivalent de ce que la gauche a toujours pratiqué avec le PCF et l’extrême gauche : des désistements mutuels au second tour !

On vous a donc demandé de chercher le coupable exclusivement au sein du Front national ?

Pas « exclusivement », mais tous les services de police disponibles ont été mobilisés dans ce sens privilégié. Et puis, souvenons-nous de la chronologie des événements !

Le mercredi 9 mai à 22 h 30, le président du Front national est l’invité de « L’Heure de vérité » d’Antenne 2. Les quatre journalistes qui se succèdent ont convenu de « cadrer » le débat : on parlera en priorité racisme et antisémitisme. Reprenant une question posée par la Sofrès aux cadres du Front national, Jean-Marie Colombani, rédacteur en chef politique du Monde, demande à Le Pen : « Trouvez-vous que les Juifs ont trop de pouvoir en France aujourd’hui ? »

Réponse : « Ça dépend dans quel domaine ! Que les Juifs aient beaucoup de pouvoir dans la presse, comme les Bretons en ont dans la marine, ou les Corses dans les douanes, ça ne me paraît pas discutable… Quant à la question, ce n’est pas moi qui la pose, c’est la Sofrès qui l’a articulée ! »

Malgré sa prudence relative, Le Pen a foncé dans le chiffon rouge qu’on lui agitait. Il fait la réponse qu’on attendait de lui. N’oublions pas que nous sommes trois ans après le fameux « point de détail » et que le grand jeu de vos confrères consiste alors à lui faire renouveler, d’une manière ou d’une autre, son dérapage verbal…

Bref, le lendemain, en fin de matinée, la nouvelle de la profanation « tombe » sur les téléscripteurs. Elle est connue depuis quelques heures, malgré la volonté que j’ai évoquée des responsables de la communauté juive locale de ne pas ébruiter l’acte sacrilège. Quand a-t-il eu lieu ?

Dans la nuit du mercredi, ou dans celle du jeudi ? Les enquêteurs l’ignorent, tant il est vrai que personne, la veille, n’a pénétré dans l’enceinte du cimetière. Qui sont ces deux femmes qui auraient découvert la profanation ? « Je l’ignore, je ne les ai jamais vues », dit le docteur Freddy Haddad, président de la communauté juive locale…

Seul élément certain : les traces de pas relevées sont fraîches. Les faits ne remontent donc pas à plus de trente-six heures. Le soir même, pourtant, la liaison est faite entre la profanation (fixée par l’ensemble des commentateurs à la nuit du 9 mai) et le passage de Le Pen à « L’Heure de vérité ». Sa réponse sur l’importance des juifs, des Bretons dans la marine, et des Corses dans la douane, devient : « Il y a trop de Juifs dans la presse. »

« Quand un homme politique valorise ou justifie la barbarie nazie, comment s’étonner que certains passent aux actes profanatoires ? », accuse le Mrap dans un communiqué, tandis que Jean-Pierre Pierre-Bloch dénonce, au nom de la Licra, « la montée du racisme, du nazisme et de l’antisémitisme… ». Et Serge Klarsfeld d’ajouter : « Le Pen a dit hier soir qu’il y avait trop de Juifs dans la presse. Certains, à sa droite, ont traduit qu’il y avait trop de Juifs dans les cimetières… »

Dès le vendredi 11 mai, L’Humanité sonne la charge : « Quelques heures (ou peut-être quelques minutes) avant le raid de Carpentras, Jean-Marie Le Pen désignait une nouvelle fois le “lobby juif”, qu’il poursuit de ses imprécations et de ses sarcasmes. Personne ne sera de trop pour faire la chaîne et repousser la bête hideuse. Il n’y a plus une minute à perdre !… »

Et le samedi, les plus hautes autorités interviennent pour mettre au point la stratégie de « front anti-Le Pen » qui va culminer avec le défilé du lundi : 200 000 personnes de la République à la Bastille pour protester contre la renaissance de l’antisémitisme. Côte à côte : les figures de proue de la politique française, de l’extrême gauche trotskiste au RPR. En tête, François Mitterrand, seul chef d’Etat à participer à une manifestation depuis la libération de Paris, et l’ensemble du gouvernement. Seule à garder la tête froide, Simone Veil qui appelle à de « ne pas imputer à quiconque, sans preuves, la responsabilité de Carpentras »…

En vain. Sur les six chaînes de télévision, la manifestation est retransmise en direct. Aux participants connus ou inconnus appréhendés au hasard, les journalistes demandent toute la soirée : « A votre avis, que faut-il faire, maintenant, avec Le Pen ? »

Or, ce qu’il faut savoir – et ce que je vous révèle aujourd’hui ! –, c’est qu’à l’origine, les autorités religieuses juives de Paris (le Consistoire israélite en particulier), comme celles de Carpentras, ne souhaitaient pas que cette manifestation prenne un tour aussi politique. Leur principal argument : éviter que se reproduise la récupération par l’extrême gauche du défilé de protestation organisé en 1980 après l’attentat de la rue Copernic (mis à l’époque, déjà, sur le compte de l’extrême droite, alors qu’il avait été le fait d’un réseau arabo-arménien)… D’où le souhait des dirigeants communautaires d’organiser cette fois la manifestation autour d’un office religieux à la Grande Synagogue de Paris, dénouement d’une marche recueille de la Concorde à la rue de la Victoire, près de l’Opéra.

Qui donc a fait changer l’itinéraire ?

François Mitterrand en personne, via le ministère de l’Intérieur. Je peux vous le dire, j’étais dans le bureau d’un des conseillers du ministre quand l’ordre est tombé pour forcer la main aux autorités juives. C’était un samedi soir, donc le 12 mai. Aussitôt, le préfet de Police a rédigé un communiqué annonçant l’itinéraire souhaité par le gouvernement : ce serait « République-Bastille ». La voie sacrée des manifestations politiques et syndicales de la gauche française depuis le début du siècle !

Résultat : dès le mardi 15 mai, la presse embrayait. « L’ampleur de la manifestation antiraciste renforce l’isolement du Front national », titrait Le Monde. « L’unanimité de l’ensemble de la société met ipso facto Jean-Marie Le Pen en position d’accusé et de fomenteur de racisme », expliquait Serge July, le même jour, dans Libération. Et huit jours plus tard, dans Le Nouvel Observateur, Jean Daniel en appelait à « l’urgence républicaine », le sociologue Alain Touraine à « l’interdiction du Front national », et Marguerite Duras au meurtre pur et simple : « Chaque matin, dans ma tête, je tue Le Pen de toute ma force. Dès que je me réveille, je recommence à tuer… »

En quelques jours, le piège tendu par Mitterrand s’était refermé. Le Pen étant assimilé à un nazi, la droite se voyait imposer une alternative : ou se déshonorer, en comptant, pour gagner, sur les voix d’un émule de Hitler ; ou sauver son honneur, en acceptant un front républicain autour du gouvernement… En se privant, donc, des voix lepénistes nécessaires pour battre le Parti socialiste !

Et vous, pendant ce temps-là ?

Comme tous les services de police, nous étions mobilisés jour et nuit. Du côté du Front national, bien sûr, comme on nous y avait fortement incités, mais de tous les autres aussi. Nous avons cherché des fils de famille de la région connus pour leur goût des jeux de rôle, et dont certains avaient l’habitude de se réunir dans les cimetières ; nous n’avons pas non plus négligé les milieux islamistes professant ouvertement des thèses antisémites… Mais rien de rien. Jusqu’à ce jour de 1996 où un ancien skinhead qui, lors de l’enquête, avait attiré l’attention d’un inspecteur des RG, est venu se confier à lui, six ans après les faits, hanté par le remords. D’extrême droite, il l’était assurément ! Mais du Front national, sûrement pas, pour la bonne raison que certains de ses dirigeants locaux – à commencer par Guy Macary et Fernand Teboul, conseillers municipaux lepénistes de Carpentras pour le premier, de Sorgues pour le second – faisaient partie de la communauté juive, ce qui, vous l’imaginez, déplaisait souverainement aux skinheads !

Le repenti s’appelait Yannick Garnier et a avoué avoir agi en compagnie de trois autres skinheads dont un nommé Jean-Claude Gos, décédé dans un accident de moto en 1993, suite à une collision avec une voiture dont le conducteur, peu après, a lui aussi été retrouvé mort noyé dans le Rhône.

Comment expliquez-vous cela ?

Je ne me l’explique pas. Mais je peux vous dire que si j’avais appris les faits en 1993, j’aurais diligenté une enquête… Quand tout a été découvert, en 1996, les RG et moi-même avions d’autres chats à fouetter que de revenir sur Carpentras. Les responsables étaient retrouvés et seraient jugés, grâce aux RG. Ils venaient bien d’une extrême droite ultra-radicale, mais en aucun cas du Front national. Même si l’on déteste Le Pen, on n’avait pas le droit de lui faire porter le chapeau d’un acte aussi ignoble que la profanation de Carpentras.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ensuite, on dira que le FN a des idées fascistes.
Alors que ses opposants RPR devenu UMP , PS ,LCR PCF .... utilisent des méthodes de despotes.


Ils nous rejouent le coup du combat " républicain et démocrates " en 2002 .
Car les Français lors du vote démocratique ont mis le FN au second tour

Dans tous ça les Français se font bien manipuler

Un autre fait divers douteux et celui de Lorette qui ressemble à la manipulation de Carpentras.
Sachez de source sure que la police a eu des problèmes pour relever quelques indices.
Ce n'est pas une profanation comme ils ont déjà rencontré.


Rien à y comprendre

Prodeo a dit…

Beaucoup de cuistres sont prêts à gober les plus gros mensonges du monde médiatique et des commissaires politiques du pouvoir plutôt que de s'informer pour connaître la vérité.
La vérité, c'est qu'aucun membre du Front national se permettrait de profaner une sépulture, quelle qu'elle soit.
Si les gens se donnaient la peine de connaître le Front national, ils le sauraient sans aucune ambiguïté, comme ils sauraient où se situent tous les infames menteurs et voyous de la ripoublique.