11.11.08

Hypocrites !

Aujourd’hui 11 novembre, les pleureuses de service sont de sortie et nous expliquent qu’il ne faudra jamais oublier cette “grande guerre”.
Je vous propose le voeu que j’avais défendu en ce sens, au nom du Groupe Front National, devant le Conseil régional Rhône-Alpes en janvier…2006.
A l’exception de notre Groupe bien sûr, et d’une seule élue UMP (Mme Annick Buisson), ce voeu a été rejeté par l’ensemble des autres élus !

Vœu du Groupe Front National
Présenté par Jacques VASSIEUX
Séance Plénière des 25, 26 et 27 janvier 2006

Dans le souci de poursuivre et d’étendre le nécessaire travail de mémoire qu’il a entrepris, le Conseil Régional Rhône-alpes émet le vœu que soit mise en place une sensibilisation des élèves des lycées aux drames humains de la première guerre mondiale.

Il adresse ce vœu à l’exécutif de la Région afin de l’inciter à engager, au titre de la prochaine année scolaire, une action s’inscrivant dans ce cadre au sein des lycées de Rhône-Alpes.

Le Conseil régional invite également l’ensemble des autres collectivités, communes et départements, à prendre des initiatives dans l’esprit de cette démarche.

_____
La disparition des derniers combattants de la 1ère Guerre Mondiale, et donc de tout témoignage vivant, a pour effet d’entraîner un effacement progressif des mémoires du drame absolu vécu par les Nations européennes entre 1914 et 1918.

Il ne reste en effet aujourd’hui plus que six anciens « poilus » en France.

Il pourrait donc être envisagé un programme d’actions de sensibilisation et d’information des lycéens, insistant sur la dimension humaine de la 1ère Guerre mondiale. Les programmes scolaires sont en effet plus orientés vers une présentation géopolitique des événements.

À titre d’exemple, s’agissant des lycées rhônalpins, cette initiative pourrait prendre la forme d’une convention associant les proviseurs des lycées publics et privés, comprenant les volets suivants:

Information des professeurs, des chefs d’établissements et des documentalistes

Les chefs d’établissement, professeurs et documentalistes mettent à jour leurs connaissances par le biais d’un tronc commun, en partenariat avec l’Hôtel National des Invalides, qui dispose d’une aile de musée rénovée retraçant les événements de 1914-1918.

Leurs fonds documentaires, en collaboration avec le Centre de Documentation de Fleury-devant-Douaumont, sont renforcés et permettent une meilleure approche pédagogique.

L’accueil des lycéens

Une offre doit être faite aux établissements scolaires pour la visite de l’Hôtel National des Invalides, musée des Armées avec conférences sur l’histoire du conflit de 1914-1918 et une approche plus large, se basant sur les travaux et les recherches polémologiques récentes sur les causes et les effets de cette guerre. Dans le même esprit, des lycéens de Rhône-Alpes peuvent participer prioritairement aux commémorations du 11 novembre et aux cérémonies officielles.

Mise à disposition d’expositions

L’Hôtel National des Invalides, en collaboration avec le Ministère de tutelle, propose et met à disposition des établissements scolaires des expositions conçues et réalisées par les musées (Paris, Verdun, etc…) retraçant les souffrances et les épreuves vécues par des millions d’hommes et de femmes, combattants et civils, pendant la période 1914-1918.

Cycle de projections de films

De nombreux films, tel que celui aidé par la Région Ile de France « Un long dimanche de fiançailles », ont relaté la période de 1914-1918. Ils peuvent constituer une excellente entrée en matière pour la nécessaire prise de conscience de cette douloureuse période. Ces œuvres cinématographiques ne peuvent toutefois pas se substituer aux nombreux documents conservés et archivés sur la guerre et qui offrent, de manière saisissante, une remarquable compréhension du drame humain vécu.

Visites sur les champs de bataille

Des lycéens ou des classes de lycéens seront invités à se rendre au Mémorial de Verdun, qui dispose des infrastructures pour recevoir des groupes nombreux. Le site de Verdun, haut lieu de la mémoire qui vit périr plus de 250 000 hommes, permet de découvrir les conditions de vie des soldats français et allemands (Citadelle, Fort de Vaux), la mémoire patriotique et victorieuse (Tranchée des Baïonnettes, le Monument à la Victoire), la mémoire combattante (l’Ossuaire de Douaumont), la mémoire historique et pédagogique (musée de Verdun, etc.).

Brochures de la Région

La Région Rhône-Alpes met à disposition des lycéens puis de tous les jeunes Rhônalpins une brochure de présentation des lieux de mémoire de la guerre de 14-18. Ce document permet de prendre l’ampleur réelle de la mobilisation du peuple Français pendant la Grande Guerre. Ces éléments entraînent une réflexion sur le plan moral et philosophique. Ils suscitent des riches débats et participent au travail de pédagogie des lycéens et, au-delà, des familles.

<<>> [ Charles Kuentz, France, dernier vétéran français de l'Armée Impériale de Guillaume II, Dernières Nouvelles d'Alsace du 09 avril 2005 ].

1 commentaire:

Philippe59 a dit…

Il est peut être bon de souligner que si l'amour de la patrie fut le sentiment majeur qui permit à nos poilus de tenir durant cette grande guerre, la détestation du personnel politique de l'arrière doit également être pris en considération.

Jean Marie Le Pen mis à part, les députés, alors que leurs statuts leur permettent, furent absents des drapeaux et préférèrent rester planqués dans la très rassurante assemblée.

Cette commémoration par le pays légal est d'une profonde malhonnêteté intellectuelle doublée d'une immoralité totale. En effet, alors qu'elle devrait être un événement de rassemblement national apolitique, tout est prétexte à détournement politicien, notamment quant à la célébration d'une France plurielle dont l'hédonisme affiché se trouve aux antipodes des valeurs combattantes.

Il est à craindre, compte tenu du climat actuel, que dans le cadre d'une nouvelle guerre, les volontaires ne seraient presque tous issus que des rangs du très détesté Front National.

Est ce si surprenant ?