22.4.08

La boucle est bouclée...

Cela ne surprendra que les plus naïfs, le Ministère de l’immigration de Brice Hortefeux a assuré lundi soir à la délégation de la CGT reçue au ministère que les cinq préfectures franciliennes, chargés d’évaluer la régularisation des centaines immigrés en situation irrégulière actuellement en grève, « allaient étudier positivement » les dossiers de ces salariés. La CGT mène en l’occurrence le même combat que le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhorcat), 2e syndicat du secteur dont le Président Didier Chenet s'est déclaré lundi en faveur d’une « régularisation massive » dans le cadre de la loi Hortefeux, – qui permet de régulariser de façon quasi automatique les clandestins occupant un emploi –, « comme en Espagne ou en Italie ». Ce syndicat est adhérent de la CGPME et rattaché au Medef (Mouvement des Entreprises de France). Medef qui se retrouve ainsi sur la même longueur d’onde non seulement que la CGT, mais aussi de l’officine immigratiionniste d’obédience trotskyste « Droits Devant ! ». Cette association, dont le porte-parole est le très médiatique Jean-Claude Amara, mène une campagne très active en faveur de la régularisation de tous les clandestins et a reçu dans ce combat le soutien de la centrale de Bernard Thibaut et du patronat mondialiste…la boucle est bouclée.

Régularisation massive… au « cas par cas » …

Francine Blanche, secrétaire nationale de la CGT et Jean-Claude Amara ont tous deux assuré lundi que « l'ensemble des piquets de grève resteront en place jusqu'à ce qu'on ait la certitude que l'examen des dossiers avance bien dans les préfectures ». Le Ministère de l'Immigration a confirmé au même moment que les dossiers des salariés immigrés en situation irrégulière allaient être transmis directement par la CGT aux préfectures auxquelles « il appartiendra de se prononcer cas par cas ». Le gouvernement a donc répondu également aux exigences du parti socialiste qui, par le biais de Stéphane Le Foll, directeur de cabinet de François Hollande, a affirmé lundi non pas vouloir « une régularisation générale » mais retenir « le critère du contrat de travail qui doit être remis au cœur du dispositif » pour « la régularisation des sans-papiers ». Soit le même discours hypocrite que l’UMP, visant à endormir les Français en leur faisant accroire, par un habile tour de passe-passe sémantique, que les flux migratoires sont contrôlés. La même méthode utilisée sur Europe 1 lundi soir, par Patrick Devedjian Secrétaire général du parti sarkozyste. M. Devedjian a ainsi annoncé que s’il n’était « sûrement pas » question d’une « régularisation massive » des clandestins – le terme « massif » étant pour des raisons d’impact psychologique a prohiber –, mais que lesdites régularisations se feraient « pourquoi pas », « au cas par cas »… ce qui revient dans les faits exactement au même.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Français réveille toi tu n'est plus chez toi !

vermeulen a dit…

ça me dégoutte, ici l'on demande des diplômes aux jeunes pour entrer dans la restauration, mais vaut mieux prendre des sans papiers qui acceptent n'importe qu'elles conditions et envoient grande partie de leur salaire dans leur pays, puisqu'ils vivent en communauté uniquement pour trouver du fric à envoyer; alors même des diplômés d'ici avec papiers s'ils veulent du travail, ils sont obligés d'accepter les mêmes conditions que les sans papiers, le monde à l'envers, allez , venez tous bosser ici sans papiers, ceux qui sont diplômés et Français z'ont qu'à immigrer en Afrique par pirogue. dégouttée mince, enfin reste la garde à vue et des places en de nouvelles prisons où le suicide pour de jeunes français diplômés ou travailler et dormir sur le trottoir enfin tant qu'ils ne tombent pas malade, car le pouvoir de se faire soigner, devient impossible aussi, pour les sans papiers pas de soucis c'est gratuit pour eux; pffff raz le bol, "sarko. casse toi!!" que les français ne sont plus chez eux , ça n'est pas d'aujourd'hui c'est juste de pire en pire.

Anonyme a dit…

c'est comme ça quand on a un gouvernement de gauche...

dans la merde jusqu'au coup depuis 1981, on finira noyé.

FN Vite - 38